Le testament mystique

Il peut être rédigé par le testateur lui-même ou par une tierce personne et présenté ensuite clos et scellé au notaire en présence de deux témoins.

Le notaire écrit sur cette enveloppe une mention appelée acte de suscription qui est signée de lui-même, du testateur et des témoins.

Ce testament est remis au notaire clos et cacheté par le testateur qui déclare en présence de deux témoins qu’il renferme ses dispositions de dernières volontés. C’est le testament « secret », qui aurait fait les « choux gras » de Balzac.

Il existe trois grandes catégories de testaments :

Le notaire dresse alors, sur l’enveloppe contenant le testament, un procès-verbal mentionnant la date et le lieu de réception du testament, la description précise de l’enveloppe qui lui a été remise, ainsi que la description détaillée du cachet de cire scellant le pli.

Ce procès-verbal est ensuite signé par le testateur, les deux témoins et le notaire lui-même. Les deux témoins sont indispensables, même si deux notaires sont présents au lieu d’un seul.

Le texte du testament peut n’être pas écrit de la main du testateur, mais de la main de quelqu’un d’autre ou même écrit à la machine. Cela n’a aucune importance car l’essentiel est bien que le testateur déclare, en présence des deux témoins qui vont signer, qu’il s’agit de ses dernières volontés.

Un testament presque à l’abandon

Ce type de testament est le plus rarement utilisé. En effet, le testament mystique n’est plus guère employé de nos jours. C’est dommage, il offre de vraies opportunités, notamment pour les personnes qui ne peuvent pas écrire à la main et qui ne souhaitent pas pour autant recourir au testament notarié. Aussi, il permet au testateur de librement modifier ou annuler tout ou partie des dispositions prises dans le testament qu’il a ou a fait rédiger.

Dans la pratique

En effet, le testament mystique peut être rédigé à la main ou à la machine. Il peut même être écrit par une autre personne.

Le principe : le testateur rédige le testament mystique sur papier libre, puis l’enferme dans une enveloppe, qui sera close, cachetée et scellée (article 976, code civil). On présente ensuite le document clos et scellé au notaire et à deux témoins, à charge pour le notaire de l’ouvrir à votre décès. Il est également possible de demander à ce dernier de clore, cacheter ou sceller l’enveloppe lui-même en lui déclarant que vous en avez personnellement vérifié les mentions et le mode d’écriture employé. Dans tous les cas, le notaire dressera un acte de suscription, sorte de procès-verbal consistant à écrire sur l’enveloppe la date et l’indication du lieu.

Pourquoi opter pour un testament mystique finalement ?

Tout simplement parce que le testateur ne veut absolument pas qu’on connaisse ses dispositions de dernières volontés.

En règle générale, celles-ci ont pour objet un legs à une personne avec laquelle le testateur a eu des relations extraconjugales, ou bien d’autres raisons encore que le testateur veut garder secrètes et qui constitueront dans la plupart des cas des mauvaises surprises pour son entourage.

À lire également :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.