La gestion pilotée en assurance-vie

Depuis une dizaine d’années, la baisse constante de la rentabilité des fonds en euros, support traditionnel des contrats d’assurance-vie, a amené une masse de petits investisseurs à réorienter leur contrat vers une part croissante de valeurs plus dynamiques mais plus risquées.

Mais gérer soi-même son contrat en «Unités de Compte» suppose du temps et des connaissances minimum en matière financière.

C’est pourquoi, sous l’impulsion des banques en ligne, certains assureurs proposent maintenant des services de «gestion pilotée». Coup de projecteur sur le fonctionnement, le coût et les résultats de ce mode de gestion déléguée qui n’est désormais plus réservée à une élite.

Les autres modes de gestion :

Gestion pilotée : Une gestion haut de gamme accessible au plus grand nombre

A l’image des grandes fortunes, monsieur Tout-le-monde peut désormais voir ses avoirs gérés par des grands noms de la gestion d’actifs (ou «Asset Management»). Citons, parmi les plus connus : Rothschild & Cie Gestion, Lazard Frères Gestion, Oddo AM, Invesco AM, DNCA Finance, Edmond de Rothschild AM,…

Une délégation de gestion

Ce mode de gestion, également désigné par le terme  de «gestion déléguée» ou parfois aussi de «gestion sous mandat» (terme plutôt réservé à la gestion individualisée de sommes très importantes), fonctionne d’une façon simple et facilite l’accès aux marchés financiers.

L’assureur délègue la gestion de votre contrat à une société gestionnaire dont l’expertise est reconnue, dans le but d’obtenir une rentabilité optimale par :

  • une judicieuse répartition des fonds entre les différents supports ;
  • des arbitrages réguliers en fonction de la tendance des marchés ;
  • une sélection des meilleurs OPCVM ;

Ceci, en rapport avec le choix du mandat de gestion (prudente, équilibrée, dynamique ou offensive) que vous avez exprimé à la souscription. Vous  bénéficiez en outre d’un reporting régulier (en général trimestriel) et d’une possibilité d’abandon du pilotage à tout moment.

Un service basé sur la mutualisation des capitaux investis

Ce type de service, autrefois réservé à une clientèle fortunée, a été rendu possible par la mutualisation des fonds investis.

L’assureur confie les fonds collectés auprès des assurés à un gestionnaire.

Ce dernier  met en place une stratégie de gestion qui varie en fonction des quatre profils types correspondant à des niveaux de prise de risques différents.

Accessibilité, performances et coût de cette gestion pilotée

Si la souscription de ce système de gestion est tentante, encore convient-il d’en vérifier les divers critères financiers.

Une gestion accessible à tous

L’offre des banques en ligne, en vulgarisant ce service, a permis d’en fixer le seuil  à un niveau d’investissement accessible à tous.  Il est en effet proposé à partir de 5000 € ; mieux, de célèbres banques en ligne rendent l’opération possible à partir d’un montant de 1000 € sur certains contrats.

Des performances satisfaisantes

La performance de votre placement variera en fonction du profil d’investisseur pour lequel vous aurez opté et donc de la stratégie d’investissement qui en découlera,

Pour donner une idée, on peut situer la performance moyenne, relevée entre 2010 et 2013, soit sur 4 ans, et calculée sur 3 contrats proposés par les principaux opérateurs en ligne que sont FORTUNEO BANQUE, BOURSORAMA BANQUE, et ING DIRECT. Cette moyenne est établie en fonction du nombre de types de mandats proposés (3 ou 2) :

  • Mandat «Prudent» (3) : de 3,95 %  à 4,74 % . Moyenne : 4,28 %.
  • Mandat «Equilibré» (3) : de 5,16 %  à 6,98 % . Moyenne : 6,26 %.
  • Mandat «Dynamique» (3) : de 5,80 %  à 9,71 %. Moyenne : 7,73 %.
  • Mandat «Offensif» (2) : de 8,73 %  à 11,58 %. Moyenne : 10,15 %.

Il est intéressant de noter que le profil «prudent» rapporte en général plus que les fonds en euros, et que, bon an mal an, les formules plus risquées font dans l’ensemble presque jeu égal avec le CAC 40 sur les périodes de hausse, tout  en atténuant les pertes sur les phases baissières.

Un surcoût minime

Le surcoût à acquitter pour bénéficier de la gestion pilotée est minime.

En général, comptez annuellement de 0,10 % à 0,40 % des capitaux gérés.

Si vous considérez que ces contrats souscrits en ligne :

  • vous éviteront souvent les frais d’entrée (2 à 5%) prélevés par les réseaux traditionnels des banques et assurances,
  • cantonneront les frais de gestion annuels en moyenne à 0,85 %,
  • vous réaliserez une économie non négligeable sur la durée de votre contrat.

Par contre, selon les contrats et les assureurs, des frais d’arbitrage peuvent être facturés. Il est prudent d’en vérifier l’existence et le montant avant de s’engager.

Bon à savoir

Certaines banques en ligne vous accordent cette gestion pilotée sans aucun frais supplémentaire.

Gageons que le développement des souscriptions de ce type de contrat va aller croissant, tant la qualité du service apporté est satisfaisante et les frais inférieurs en comparaison avec ceux des produits distribués de façon traditionnelle par les banquiers et assureurs.

 

CONSEIL

Si la gestion pilotée présente des intérêts certains pour les investisseurs  peu ou pas initiés aux marchés financiers, il faut bien être conscient que, si ce mode de gestion leur permettra d’accéder à ces marchés, cela n’en supprime pas totalement les risques. Assureur et gestionnaire n’étant tenus qu’à une simple obligation de moyen et non de résultat.

Toutes les formules proposées comportant une part de risque de baisse, il est prudent de rappeler qu’il est déconseillé d’investir des capitaux dont on risque d’avoir besoin à court ou moyen terme (avant 5 à 8 ans).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.