Assurance obsèques : A quel âge souscrire ?

âge souscription contrat obsèques


L’âge de souscrire, une question cruciale en matière d’assurance obsèques.

Prendre conscience des frais et de l’organisation de ses obsèques pour mieux les anticiper est une problématique qui commence dès l’âge mur, prend forme après et même tardivement. A vrai dire tout dépend de la sensibilité de chacun.

Voici quelques grands axes pour vous aider à déterminer à quel âge environ, il est recommandé de souscrire un contrat d’assurance obsèques. Ceci en fonction des divers paramètres qui entrent dans une équation parfois complexe.

Age de souscription et montant du capital garanti

Qu’il s’agisse d’un contrat obsèques en capital ou en prestations personnalisées, il faut bien comprendre que vous vous engagez à capitaliser et à transmettre une somme x, prédéterminée. Il faut donc commencer à définir le montant de cette somme, appelée capital décès garanti. Bien sûr, il est prudent de tenir compte de l’incontournable hausse des prix, sachant que le coût actuel moyen des obsèques, se situe entre 4 000€ et 4 500€.

Pour fixer le montant du capital à transmettre, vos objectifs et souhaits restent les critères fondamentaux. Si par exemple, vous avez l’intention de transmettre au bénéficiaire d’un contrat en capital, une somme supérieure à celle envisagée pour vos obsèques, il faut vous assurer que l’organisme choisi propose des versements complémentaires.

Il est aussi bon de garder présent à l’esprit  que l’ayant droit désigné n’est pas légalement tenu d’utiliser votre capital pour régler les frais de vos obsèques. Plus on avance en âge, plus la possibilité de modifier le bénéficiaire s’avère donc importante.

Dans le cas d’un contrat en prestations, si par exemple, vous souhaitez vous faire enterrer à l’étranger et comme pour toute demande qui sort des prestations classiques, les frais d’obsèques doivent comparés au prix moyen, être revus à la hausse.

Pour définir l’âge de souscription idéal, une fois la question du “combien ?”  réglée, vient se greffer celle du “en combien de temps ?”. Les modes et rythmes de versement apportent la réponse.

Age de souscription et modes de versements : 2 critères intimement liés

Dans ce cadre, la durée des cotisations qui alimentent votre capital assuré et le rythme sur lequel vous les versez sont des facteurs décisifs pour déterminer l’âge de souscription.

Contrat obsèques en capital ou à prestations personnalisées, vous avez 3 façons d’alimenter votre capital obsèques.

Le versement unique

C’est la formule la plus sure qui se souscrit dès l’âge mûr quand vous êtes encore en activité, plus tard une fois à la retraite et même à un âge avancé. Tout dépend de votre capacité d’épargne et de votre détermination à anticiper.

À savoir :

  • Pour un contrat en prestations et dans le cas où le capital assuré serait supérieur aux frais de vos obsèques, vérifiez que l’excédent soit reversé à vos ayants-droit. L’établissement de pompes funèbres étant le bénéficiaire par définition. Une clause à vérifier à la souscription.
  • Pour un contrat en capital, évitez de souscrire trop jeune, l’indice de revalorisation n’étant pas assez élevé pour envisager du long terme.

Les versements dits “temporaires”

Ces primes s’étalent sur une durée établie à l’avance de 5, 10 ou 20 ans. Dans cette formule, plus la durée de cotisation est longue plus le montant des cotisations est faible, ce qui est un avantage, dans la quarantaine et la cinquantaine. Il faut bien sûr, comme pour tous les contrats, veiller au taux de revalorisation du capital.

À savoir :

  • Dans le cas où le montant du capital assuré est atteint pendant la durée donc avant la fin fixée dans votre contrat, sachez que vous allez continuer de cotiser à perte. Rassurez-vous, vous avez alors la possibilité de résilier votre assurance obsèques. Les conditions de rachat sont donc aussi à étudier scrupuleusement avant la signature de tout document.
  • Autre possibilité, vous pouvez cesser de verser les cotisations pour être couvert au prorata de celles dont vous vous êtes déjà acquitté.

Les versements en viager

Ceux-ci sont d’un montant faible puisqu’ils ne s’arrêtent qu’à votre décès. Évidemment, cette formule n’est recommandée qu’entre 70 et 75 ans, la date limite de souscription étant de 80 ans dans la plupart des organismes financiers.

À savoir :

  • Il faut être conscient que cette formule comporte un risque. En effet une fois que le capital garanti est constitué et si vous atteignez un âge très avancé, vous êtes tenu de continuer à payer les cotisations jusqu’à votre disparition, en pure perte.
  • L’inverse est vrai aussi mais plus rare. Si votre décès intervient avant la constitution du capital garanti, votre bénéficiaire touchera celui-ci dans son intégralité.

On est toujours en âge de souscrire une convention obsèques

Contrairement à un lieu commun qui laisse à penser que l’âge de souscription est cruellement limité, l’accession aux contrats assurances obsèques est possible jusqu’à 80 ans et pour certains jusqu’ à 85 ans. Sans questionnaire médical, ces derniers fonctionnent de la même façon que les autres.

Très performants, ils offrent un large choix de prestations haut de gamme et prennent parfois en charge un éventuel surcoût intervenu entre le moment de la souscription et celui du décès.

Il n’y pas d’âge pour s’appuyer sur les experts

Comme on vient de le voir, pour déterminer la formule qui convient à chaque âge, les paramètres à croiser sont nombreux et relèvent souvent de cas et de clauses particulières.

Il est donc indispensable de s’adresser à des experts libres de tout engagement commercial. Dans ce cadre, les devis comparatifs s’imposent pour leur objectivité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *