Assurance « vie » et assurance « décès » : ne pas les confondre

Ces deux termes sont souvent l’objet de confusion dans l’esprit des gens. Et pourtant, s’ils font partie d’une seule et même famille (celle des « assurances vie »), ces deux catégories de contrats sont fort différentes puisque leurs buts respectifs sont complètement opposés.

Cet article va vous aider à y voir plus clair et à comprendre les différences fondamentales entre assurance décès et assurance vie.

L’assurance décès : opération de prévoyance

Les assurances décès sont également des contrats d’assurance vie, plus spécifiquement des contrats d’assurance vie « en cas de décès ».

Leur but est d’assurer au décès de l’assuré, et moyennant le paiement d’une cotisation, le versement par l’assureur d’un capital contractuellement convenu aux personnes désignées au contrat (les bénéficiaires). Il s’agit donc purement d’une opération de prévoyance.

Cette opération peut être souscrite dans le but de protéger sa famille ou ses proches, mais également de se garantir en cas de décès vis-à-vis d’un créancier dans le cadre d’un prêt (assurance emprunteur).

La cotisation versée est fonction du montant du capital garanti et de l’âge de l’assuré.

Le contrat fonctionne comme n’importe quel contrat d’assurance « habitation » ou « automobile » : le versement du capital est conditionné par la réalisation du risque couvert (le décès de l’assuré). Si l’assuré est toujours en vie au terme de l’année d’assurance, l’assureur conserve la cotisation et le contrat se renouvelle par tacite reconduction si aucune des parties n’a usé de sa faculté de résiliation.

Deux types de contrats : l’assurance « temporaire décès » et l’assurance décès « vie entière ». Cette dernière jouissant d’un fonctionnement particulier fait l’objet d’un article spécifique.

>> Différences assurance obsèques et assurance décès

L’assurance vie : outil d’épargne

L’assurance vie (ou « contrat d’assurance vie en cas de vie ») est un instrument financier servant à constituer, valoriser, gérer ou transmettre une épargne.

Son mécanisme est le suivant : le souscripteur constitue ou valorise un capital par le biais de versements. À tout moment il peut récupérer tout ou partie de son épargne par le biais d’une opération de rachat total ou partiel. S’il vient à décéder en cours de contrat, ce sont les personnes qu’il a désignées au contrat (les bénéficiaires) qui reçoivent le capital constituant son épargne valorisée.

Techniquement, les assureurs désignent ce type de contrat sous le vocable « capital différé avec contre-assurance décès ». C’est en quelque sorte à la fois un produit financier et une assurance qui permettent au souscripteur de se constituer une épargne et de la transmettre dans des conditions très favorables à la personne de son choix s’il vient à décéder (voir : fiscalité assurance-vie).

Principaux points communs et différences des deux types de contrats

Le tableau ci-dessous vous permettra d’appréhender les principaux points de convergence et de divergence des deux types de contrats.

Point comparéASSURANCE VIEASSURANCE DÉCÈS
ObjetÉpargnePrévoyance
Parties au contrat4 : Assureur/souscripteur/assuré/bénéficiaire4 : Assureur/souscripteur/assuré/bénéficiaire
Mode(s) de versement de la prime (cotisation)3 : versement unique/versement libre/ versement régulier 1 : Cotisation annuelle
DuréePas de minimum (mais généralement 8 ans) ni de maximum Temporaire ou viagère (viagère : pour les contrats « vie entière »)
Tarif Prime fixée par le souscripteurFonction du montant et de l’âge de l’assuré
Rachat possibleOuiNon (sauf pour contrats « Vie entière »)
Avance possibleOuiNon
FiscalitéSpécifique à l’assurance vieNon (capitaux versés = indemnité d’assurance)

Les cas particuliers

L’assurance décès « vie entière » et les contrats dits « mixte » feront l’objet d’articles spécifiques.

Pour plus de détails sur les contrats d’assurance vie et leurs particularités, nous vous invitons à consulter la partie du site qui leur est consacrée.